La géométrie de l’échiquier: 64 cases et moi, et moi…

Bizarreries et autres particularités de notre plateau de 64 cases expliquées à l’occasion de la séance de formation de ce vendredi 13  février 2015… Beau temps pour les amoureux des 64 cases en cette veille de Saint-Valentin ! Saviez –vous, par exemple, que le plus court chemin pour rejoindre sa belle sur l’échiquier n’est pas nécessairement la ligne droite ? Que seule la diagonale répond à cette vérité ? Non ? Alors, ne prenez pas la tangente et rejoignez nous aux séances de formation du vendredi soir !

Ce vendredi 13 février nous y parlions des ressources inattendues que les 64 cases peuvent nous réserver pour autant qu’on y soit sensibilisés. Ainsi, cette surprenante étude de Grigoriev reposant sur la capacité du Roi Blanc à annuler au départ d’une position qui semble irrémédiablement perdue…

Reste plus qu’à mettre un diagramme mais sans éditeur, c’est  pas gagné…. Alors, reportez ceci sur un échiquier, vous ne le regretterez pas….

Blancs : Rh4,b6

Noirs : Rb1, b7

Etude de Grigoriev, les Blancs jouent et annulent !

 

Solution

Rg3 !!-Rc2;Rf2 !-Rd2; Rf1 !-Rd1;Rf2 !-Rd2;Rf1 !-Rd3;Re1 !-Rc4;Rd2 !-Rb5;Rc3!-Rc5 ;Rb3 !-Rxb6;Rb4 !…

Faisons, si vous le voulez bien, le point sur cette étude pour bien en comprendre les fondamentaux.

Au départ de cette position le Roi Blanc semble devoir renoncer à toute ambition et, à priori semble devoir perdre la partie, l’ombre du bourreau se profilant à l’horizon de la promotion d’un pion….En effet, le seul décompte arithmétique permet de s’apercevoir que le Roi Blanc doit jouer 5 coups afin de s’emparer du pion Noir et que 5 coups suffisent également au Roi Noir pour s’approcher du pion Blanc, scellant ainsi le sort du Roi Blanc obligé de refermer le piège du Trébuchet…

La démarche blanche repose donc sur la notion d’anticipation d’une part et sur la bonne connaissance de la géométrie de l’échiquier d’autre part.

On a dit un mot sur la notion d’anticipation qui, basée sur le simple calcul des variantes avec une profondeur de 5 coups permet de comprendre le piège dans lequel il vaut mieux éviter de tomber. Le signal d’alarme reposant ici sur l’identification de la position et les risques potentiels qui peuvent naître du piège du Trébuchet pour qui a le malheur de le refermer sur lui.

La bonne connaissance théorique permet alors de comprendre que le mieux pour le Roi Blanc serait de tenter l’occupation de la case de promotion du pion Noir… A noter que dans ce cas de figure, le Roi Noir, opposé à un joueur connaissant la théorie n’est déjà plus maître du destin de la partie et qu’il devra se contenter d’un rôle de figurant où le mieux qu’il puisse faire est de sauver les apparences et démontrer que lui aussi connaît ses classiques…

Plus fort est cependant l’élaboration du plan consistant à occuper la case b4… Mais, tout d’abord, pourquoi b4 ? La réponse est simple pour qui connait la technique de promotion du pion accompagné par son Roi ! L’occupation de b4 permet au Roi Blanc de résister à l’avance du Roi Noir qui, bien que placé devant son pion ne détient pas l’opposition au moment du trait… D’autres cases pourraient correspondre à cette définition de la position mais celle-ci est véritablement idéale au moment où le Roi Noir vient de s’emparer du pion Blanc !

Toute l’astuce du traitement de la position repose donc sur le chemin que le Roi Blanc devra emprunter pour occuper cette case, chemin correspondant à une distance de 5 cases + 1 case, et que je m’empare de l’opposition au moment et à l’endroit qui me semble le plus opportun ! De plus, sur ce trajet, le Roi Noir sera bien obligé de tenter de s’opposer à la progression du Roi Blanc sous peine d’être mis en difficultés. Se faisant il ne peut que constater la nécessité de répéter la position sur des cases relativement basses sur l’échiquier, au risque de le faire trois fois de suite, ou, s’il devait  tenter de se déplacer plus vers la ligne médiane de l’échiquier au risque  de se faire contourner par le Roi Blanc avec le risque, cette fois de ne plus pouvoir s’emparer du pion Blanc !… Un comble !

Le Roi Noir n’a donc plus d’autre ressource que de renoncer à s’opposer à la progression du Roi Blanc. Il filera donc vers le pion Blanc pour s’emparer de ce qui peut encore l’être à cet instant de la partie !  Le Roi Blanc  progresse quant à lui en direction de la colonne « b » et peut, maintenant, tenter de s’opposer frontalement à la promotion du pion Noir !

Attention toutefois, le plus dur est peut-être fait mais il faut se montrer prudent et attentif à occuper la bonne case à l’instant « t » , càd, s’emparer de l’opposition alors que le Roi Noir se sera emparé du pion blanc !

Le reste n’est plus alors qu’un jeu d’enfant pour qui connait la théorie relative (ben, oui…) à cette position, la partie se soldant par un « pat » bien mérité !

La géométrie de l’échiquier

233 thoughts on “La géométrie de l’échiquier

Les commentaires sont fermés.