Lors de la cérémonie des 50 ans du Cercle royal Le Pion du Roi, notre président a été interviewé pour le journal L’Avenir. L’article est paru le 24 janvier. Le voici à votre disposition. L’article est lisible à cette adresse.

Nivelles : le Pion du Roi devient un cercle royal

Le cercle d’échecs de Nivelles a 50 ans et a reçu, vendredi dernier, le titre de « royal » lors d’une petite réception à l’hôtel de ville.

«Un pion ne peut pas devenir roi mais votre pion sera désormais royal. » Vendredi à l’hôtel de ville, l’échevin de la Culture, Grégory Leclercq, avait promis qu’il se garderait de faire des jeux de mots en mettant à l’honneur le cercle d’échecs de Nivelles… et il a presque tenu parole. Il faut dire que l’occasion était exceptionnelle : le Pion du Roi rejoint officiellement quelques autres sociétés aclotes comme le Cercle des XIII, l’école de plongée Cyana, l’unité scoute Sainte-Gertrude ou encore les Gilles nivellois, qui sont toutes devenues des sociétés « royales » après avoir prouvé leurs 50ans d’existence sans discontinuer, ainsi que leur apport positif au tissu associatif local.

Au carrefour entre le sport (cérébral), le divertissement et l’art, les échecs n’entrent pas facilement dans une catégorie et cela ne facilite sans doute pas le soutien des pouvoirs publics aux activités des clubs et des pratiquants. Le Pion du Roi, en tout cas, fait depuis longtemps partie intégrante de la vie locale à Nivelles, organisant diverses compétitions, collaborant avec la bibliothèque ainsi que les écoles, et ouvrant à tous ceux qui sont intéressés des séances d’entraînement chaque vendredi en soirée à l’étage de la taverne L’Union.

Vendredi à l’hôtel de ville, le président, Pascal Pauwels, a reçu pour le cercle un diplôme d’honneur pour marquer ces 50 ans, et le document du palais royal attestant de la reconnaissance du titre de société royale. Il a aussi annoncé dans son discours que le club avait décidé de nommer « membres bienfaiteurs » le bourgmestre Pierre Huart et l’ancienne échevine de la Culture et actuelle conseillère communale Évelyne Vanpée. En précisant que cela ne les obligeait pas à venir jouer chaque vendredi soir… Plus sérieusement, Pascal Pauwels a évoqué l’histoire du cercle, fondé en 1973 par un groupe de passionnés dont deux sont d’ailleurs toujours membres aujourd’hui : Guy Kivits et Giovanni Kelemen. Aujourd’hui, le Pion du Roi compte 39 membres, sur les quelque 200 Brabançons wallons qui font partie d’un club d’échecs. Dans les écoles primaires de l’entité, il propose des initiations de deux fois deux heures pour les 5e et les 6e, avec une première séance de présentation générale du jeu, et l’organisation de parties quelques semaines plus tard.

« Ce qui distingue notre cercle, c’est bien entendu cette passion du jeu d’échecs qui perdure, la qualité humaine de nos membres et la générosité avec laquelle nous nous investissons dans la promotion et la pratique des échecs, notre bonne humeur et notre convivialité, a indiqué Pascal Pauwels. Chacun d’entre nous, du débutant au joueur expérimenté, apporte sa pierre à l’édifice et contribue à l’épanouissement de notre communauté. Les parties qui se déroulent dans nos locaux sont intenses, stimulantes et toujours marquées par le respect mutuel et la volonté de progresser. On ne perd pas, aux échecs : on apprend. ».

L’avenir – 24 janvier 2024, Vincent Fifi
Le Pion du Roi dans le journal

Pascal Pauwels

Président du Cercle royal Le Pion du Roi Éditeur sur le site Cercle royal Le Pion du Roi